Chiang Raï, la curieuse

Le nez collé contre la vitre du bus, je contemple dans un silence profond le paysage spectaculaire qui défile sous mes yeux depuis quelques heures. Des montagnes et des villages suspendus à leur flanc se succèdent et s’étendent à perte de vue. La vie sur la route semble vouloir inventer un nouveau rapport au temps. Ici, le passé et le futur n’existent pas. Des hommes et des femmes Hmongs y cultivent le café et le thé sans échanger un mot, y répètent des gestes cent fois exécutés dans un décor millénaire. Tout prend soudain plus d’épaisseur, plus d’intensité. J’avance dans ces hauteurs d’un vert étincelant comme si j’étais invitée à entrer progressivement dans les entrailles de la terre. Lovée contre elles, je m’y sens protégée et incroyablement revigorée. Chiang Raï, plus je m’approche de toi et plus je sens que je ne me trompe pas de chemin.

20190122_140824

Chiang Raï, la région la plus septentrionale du pays

Nous quittons Chiang Maï pour nous diriger encore un peu plus au Nord du pays. A 580 mètres d’altitude, nous partons à la découverte de la capitale provinciale la plus septentrionale de la Thaïlande: Chiang Raï. Première capitale du royaume de Lan Na au XIIIe siècle avant que sa petite sœur ne lui vole la vedette, la ville a elle aussi connu un passé glorieux. Grand carrefour commercial, en raison de sa proximité avec le Myanmar et le Laos, elle fut détruite par les birmans au XIXe siècle avant de devenir dans les années 80 le centre du trafic de l’opium. La culture du pavot étant aujourd’hui interdite, la ville est devenue le point de départ d’une attraction bien particulière: la visite du fameux Triangle d’Or. Lieu mythique qui nourrit l’imaginaire de tous les aventuriers en quête de danger, il doit son nom au fait que l’on payait autrefois l’opium en or. Nous avons grimpé jusqu’à Mae Saï pour y voir la ville birmane de Tachilek séparée de la Thaïlande par un bras du Mékong. Dans ce marché frontalier gigantesque les commerçants laotiens, thaïs et birmans y vendent absolument de tout. Et lorsque l’on escalade la montagne, la vue devient soudainement majestueuse et sauvage.

20190122_140026

Chiang Raï, une petite bourgade tranquille

Après la très prisée Chiang Maï, nous sommes presque surpris de découvrir en ce lieu une ville calme et tranquille. Nous nous promenons dans le centre et dans les différents marchés de nuit qui jalonnent la charmante bourgade. Au Night Bazar, nous observons les hommes et les femmes attablés autour de barbecues de fortune près de la rivière Kok. L’architecture de la ville et l’ambiance joviale qui y règne me rappellent Phitsanulok. Il n’y a rien de « spécial » qui se joue sous nos yeux, juste la vie. Et puis à force de déambuler au hasard dans la ville, nous tombons sur une énorme fête. Tous les habitants semblent y avoir été conviés. On y trouve des scènes ouvertes avec des musiciens en train de jouer de la pop thaïe, des stands de nourritures sans fin dans lesquels nous nous arrêtons pour goûter les spécialités régionales, des ventes de produits artisanaux et de costumes traditionnels à couper le souffle. Nous nous sentons tellement chanceux d’assister à ce spectacle de rue imprévu. La fête est au rendez-vous et tout le monde a l’air heureux. Les générations sont confondues et même les tribus défilent dans leurs plus beaux habits !

20190120_191356

Chiang Raï, la ville des tribus montagnardes

Avec plus de 200 000 habitants dont 15% issus de tribus montagnardes, Chiang Raï est célèbre et célébrée pour sa richesse multiculturelle. Plus de vingt ethnies différentes continuent de vivre dans la région, principalement dans les montagnes: les Hmongs, les Karens, les Lahus, les Akhas. Pour en savoir davantage sur leur histoire, nous avons visité le musée qui leur est dédié. Le lieu est un peu défraîchi mais il regorge d’informations incroyables sur les modes de vie et les différentes coutumes des tribus. Très critique à l’égard des agences de tourisme qui proposent des visites dans les villages, le Hilltribe Museum tente de sensibiliser les étrangers sur le sort incertain réservé aux ethnies du pays.

20190121_145613

20190121_144944

Chiang Raï, la ville aux curiosités

Si Chiang Raï est visitée des randonneurs pour sa nature généreuse, des amoureux du risque pour sa porte d’entrée dans le Triangle d’Or, elle l’est aussi des curieux qui viennent découvrir depuis peu ses œuvres architecturales colorées et excentriques.

La Golden Clock Tower

20190121_104949

Créée en 2008 par l’artiste thaïlandais Chalermchai Kositpipat en hommage au roi Bhumipol, l’horloge en or trône au milieu du centre ville et attire tous les passants le soir venu lorsqu’elle s’illumine de mille feux.

Le temple blanc ou le Wat Rong Khun

20190121_120921

Il y a beaucoup de temples en Thaïlande mais il y en a un qui ne ressemble à aucun autre : le Wat Rong Khun, le temple blanc. Situé à 13km de la ville, nous avons pris un bus local pour nous rendre à cette curiosité du coin qui invite des centaines de visiteurs chaque jour depuis que l’architecte Kositpipat (le même qui a créé l’horloge en or) a réalisé ce rêve insensé. Dans le bus, nous faisons la connaissance d’une voyageuse professeure d’anglais à la retraite. Une vraie voyageuse, une baroudeuse invétérée. A mon âge, elle avait déjà arpenté en long en large et en travers le continent africain dont elle me dépeint avec subtilité et poésie la beauté. Une vraie routarde, soixante-huitarde qui a logé chez l’habitant, abîmé ses souliers par de longues heures de marche en pleine jungle ou au milieu du désert. Elle savait lire une carte et une boussole, car il n’y avait ni Google Map ni blog où raconter ses récits. Bref je suis une petite joueuse à côté. Comme j’admire ces aventuriers !

DSC00324

Nous arrivons enfin devant le fameux temple dont tout le monde parle et j’ai les jambes qui vacillent. L’architecture est très particulière. Pendant des années, l’artiste a travaillé avec ses élèves pour poser des centaines de milliers de miroirs sur du ciment blanc. Sa construction a débuté en 1997 mais n’est toujours pas finie.

DSC00320

Construit pour symboliser la victoire du bien sur le mal et sensibiliser les gens, le temple est d’une blancheur immaculée qui contraste avec les différentes représentations du vice et de l’enfer avec ces mains implorantes vers le ciel. La pureté du bouddhisme y est mise en exergue et ces miroirs évoquent la réflection de l’illumination du Bouddha.

DSC00340

Le temple bleu ou le Wat Rong Suea Ten

Moins connu que son voisin, le temple bleu est une autre curiosité de la ville que nous avons souhaité découvrir. Tout aussi kitsch que ce dernier, nous avons adoré entrer dans ce temple qui m’a beaucoup fait penser au dessin animé d’Aladin.

20190121_155215_001

On pourrait penser qu’il s’agit d’une attraction peu sérieuse mais les Thaïlandais se rendent avec autant de ferveur dans ce temple bleu que dans un autre temple historique. Et je dois avouer que j’ai eu un faible pour celui-ci. Lumineux et paisible, le Bouddha blanc assis en face de moi m’invitait presque à rester quelques heures de plus à méditer.

20190121_160555

Chiang Raï, ville tranquille et agréable où l’on se laisse aisément bercer par le courant de ta rivière Kok, tu nous auras enchantés par ta culture, par tes arts, par tes curiosités. Tu es colorée et chaleureuse, sauvage et élégante. Je me souviendrai de ta douceur de vivre, de ton esprit festif, des tenues envoûtantes de tes tribus, du vert émeraude de tes montagnes et du bleu azur de ton temple.

 

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. galswind dit :

    C’est fou le pouvoir des tons bleus sur notre esprit, ça apaise immédiatement. Ca a l’air d’être une région vraiment intéressante, et même si les temples sont en effet assez kitsch, ils sont intriguant.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui le bleu m’apaise tellement aussi ! Même s’ils sont très touristiques, il faut aller voir ces temples si on passe par Chiang Raï. Le rendu est vraiment différent en vrai et l’intérieur du temple blanc est recouvert de peintures folles que nous ne sommes pas autorisés à prendre en photo ! 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s