Le Cambodge, une ode à la paix

Il est assez curieux de penser que le Cambodge est connu du reste du monde pour ce que son histoire a fait de meilleur, les temples d’Angkor, et de pire, le régime des Khmers rouges. Lorsque l’on parcourt le pays, on ne peut qu’être frappés par sa charge historique qui nous rappelle à chacun de nos pas l’ambivalence de son héritage passé. Mais que pouvons-nous dire du Cambodge d’aujourd’hui ? Est-t-il « condamné » à vivre la tête en arrière ? Il s’agit d’une véritable interrogation à laquelle sont confrontés les cambodgiens depuis bientôt quarante-quatre ans. Tel le Phoenix légendaire, le pays a su renaître de ses cendres. Mais composé d’une population à majorité jeune et agricole (16 millions d’habitants dont près du quart a moins de 14 ans) le Cambodge vit encore sous perfusion et d’aides internationales. Les derniers chiffres officiels publiés sont d’ailleurs plus qu’inquiétants. Les experts estiment qu’un tiers des cambodgiens vivrait actuellement sous le seuil de pauvreté avec moins d’un dollar par jour en poche. Marqué par de fortes inégalités, le pays est également fortement gangrené par la corruption. Classé au 161e rang sur 180 par l’ONG Transparency International, le Cambodge affiche le pire résultat de la région sud-asiatique. Pour couronner le tout, les associations environnementales tirent la sonnette d’alarme pour avertir la population mondiale de l’ « écocide » qui se trame actuellement dans le pays. En effet, véritable bras nourricier du Cambodge, le Tonlé Sap (le plus grand lac d’Asie du Sud-Est) est de nos jours en danger de mort. Pollué par des métaux lourds, surexploité et mis à mal par la construction récente de barrages hydrauliques, le lac est victime d’une catastrophe écologique sans précédent. Sans compter le taux grimpant de la déforestation dans le pays qui est l’un des plus élevés au monde (2% de surface forestière en moins par an). Le portrait peu ragoutant que je semble dresser ici du Cambodge est en vérité un cri d’amour, un cri du cœur. Car j’ai eu un véritable coup de foudre pour ce lieu et ses habitants. C’est parce que je l’ai trouvé exceptionnellement beau que je me refuse à le voir mourir à petit feu et dans un silence glacial. Ce court mois passé à découvrir ses villes et ses campagnes fut l’un des plus instructifs de ma petite vie de trentenaire. Un mois éreintant, poignant, inconfortable parfois, magique toujours, à emmagasiner dans mon sac à dos des leçons de sagesse universelles. Si le voyage doit servir à quelque chose, c’est sûrement bien à cela. Apprendre à désapprendre, être désorienté pour retrouver son chemin, être mis à rudes épreuves pour s’élever. Merci petit pays. Si leçon principale il y a à retirer de ce séjour, je dirais la nécessité de vivre en paix. Et quelle grande leçon tu me donnes !

CARTE CAMBODGE

Arrivés au Cambodge de Thaïlande, nous avons décidé de traverser le pays en neuf grandes étapes pour y découvrir la diversité de ses paysages et de son patrimoine culturel. Vous pouvez retrouver l’intégralité de mes articles en cliquant sur les liens ci-dessous.

1- Siem Reap

2- Angkor

3- Battambang

4- Phnom Penh

5- Kampot

6- Kep

7- Phnom Penh (en transit)

8- Kratie

9- Stung Treng (à la frontière avec le Laos)

Une réflexion sur le tourisme

Voyager au Cambodge aura été pour nous l’occasion de nous interroger sur le sens de notre voyage en Asie du Sud-Est en général, et sur les conséquences du tourisme de masse dans un pays pauvre en particulier. Car, si notre séjour en Thaïlande s’est déroulé sans encombres, notre découverte du Cambodge aura soulevé de grandes interrogations quant à la manière dont, nous touristes, devions nous comporter. Voyager dans un pays où la misère est palpable tous les jours, n’est pas une mince affaire. Nous nous sentions parfois de « trop », mal-à-l’aise et impuissants. D’autant plus que certains visiteurs nous semblaient avoir un comportement déplacé à l’égard des cambodgiens. Manque de pudeur, voyeurisme affiché, certaines attitudes nous interrogeaient sur l’apport « bénéfique » du tourisme dans le pays. Après un mois de réflexion, nous n’avons toujours pas la réponse mais nous savons que dorénavant nous voyagerons différemment.

Une réflexion sur le travail de mémoire

Le tragique épisode des Khmers rouges dans l’histoire du pays nous aura également poussés à mener une véritable réflexion globale sur le travail de mémoire. La question mémorielle est un sujet qui m’intéresse depuis longtemps pour différentes raisons, notamment parce que dans une autre vie j’ai travaillé sur ces questions dans les bureaux sombres et froids d’un ministère, mais pas seulement. Un pays qui connait son histoire est un pays qui maîtrise mieux son avenir. Et je dois dire que j’ai été bluffée par la qualité du travail mémoriel effectué à Phnom Penh, tant au Musée du Crime génocidaire qu’au centre d’archives Bophana. La richesse des témoignages et la variété des documents ont été de sérieux outils pour notre compréhension de l’événement.

Nos coups de cœur et coups au cœur en images

Nous avons vécu tant de moments forts et inoubliables au Cambodge mais je vous en liste quelques uns:

Assister au spectacle de cirque de la troupe Phare à Siem Reap

IMG_20190210_223139_397

Contempler les temples d’Angkor au petit matin

IMG_20190208_194746_298

Etre présent durant l’envol d’un million de chauves-souris à Battambang

BATTAMBANG 6

Voir la vie reprendre le dessus à Phnom Penh

DSC00941

Se fondre dans la nature verdoyante de Kampot

IMG_20190222_180036_916

Ecouter les cambodgiens rire sur la plage de Kep

20190223_124357

Mon cher Cambodge, tu es un pays merveilleux dont on ne ressort pas indemne. Ton histoire et tes habitants laisseront des traces indélébiles dans mon esprit. Tu m’as chamboulée, déstabilisée, éblouie, interrogée, changée à jamais. Je me souviendrai de ta force surhumaine, de ton courage absolu, de ton envie de vivre plus que tout. Tu m’as aussi enseigné l’importance de la mémoire, la nécessité vitale de se souvenir en ces temps d’amnésie générale. Je repars surtout avec le sourire des petits cambodgiens en tête. En voyant cette jeunesse libre, pleine de vie, audacieuse, je ne peux qu’être optimiste pour ton avenir. Il ne me reste donc plus qu’à te souhaiter bonne chance. Sois en paix et propage dans les cœurs de tes visiteurs ton amour infini.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s